Comment créer un personnage féminin « fort » ?

Ruby - Once upon a timeCet article me taraude depuis longtemps. Les personnages féminins sont un sujet qui me touche depuis des années et sur lequel je pourrais disserter pendant des heures. On s’extasie bien souvent de la capacité de Joss Whedon ou Georges R. R. Martin à écrire des personnages féminins forts et « vrais », mais honnêtement ? Le « bon personnage féminin » est un mythe, et plus gênant, ce focus sur son genre est d’un sexisme crasse dont il est temps de se débarrasser.

Je vais chipoter sur la sémantique, mais décomposons ensemble l’énoncé de cet article :

  • Comment : on cherche une méthode
  • Créer un personnage : pour écrire un être de fiction
  • Féminin : se reconnaissant comme femme
  • Fort : qui est indépendant, crédible et capable de faire avancer l’histoire

Maintenant je vais poser une autre question : pourquoi se demande-t-on comment faire d’un personnage féminin un personnage indépendant et crédible ? Pourquoi ? En quoi est-ce opposé ou suffisamment dissociable pour qu’il faille consciemment y réfléchir et demander de l’aide ? Pour que les guides et marches à suivre se trouvent par dizaines sur Google ?

Je peux voir comment on en arrive à penser qu’un personnage féminin part avec un handicap puisqu’IRL il est plus difficile de se faire respecter lorsqu’on est une femme. Il n’y a toutefois pas lieu de s’infliger soi-même ce handicap lorsqu’on crée le personnage dans la mesure où cette discrimination est liée aux réactions de ceux qui l’entourent et non au personnage lui-même.

Le sexisme omniprésent dans la plupart de nos sociétés distord la perception que l’on a du rôle de chacun et apporte des changements à la manière dont notre personnalité se manifeste. C’est un handicap pour tout le monde car il impose des standards généralisés en fonction de critères arbitraires (en l’occurrence le genre). Mais la distorsion qu’il impose existe parce que nous avons tous une personnalité qui est ensuite plus ou moins modelée et refaçonnée pour rentrer dans les cases. Même si le lavage de cerveau commence dès l’enfance, nous ne sommes pas des clones. Votre mère n’est pas votre sœur, qui elle-même n’est pas une copie de la voisine. Chacune a sa façon d’être et leurs points communs, acquis ou innés, ne sont pas leurs caractéristiques principales.

Une femme est un être humain comme un autre, avec ses forces et ses faiblesses. Un personnage féminin est un personnage comme un autre, avec ses forces et ses faiblesses, qui s’avère être de genre féminin.

Créer/construire un bon personnage féminin signifie d’abord et avant tout créer un bon personnage et décider ensuite s’il sera de genre féminin. Si c’est pertinent, vous pourrez en dernier lieu réfléchir à la manière dont le sexisme a pu impacter sa vie. Le créer dans l’autre sens (sexisme > femme > choix de ses caractéristiques) vous fera au mieux avoir un personnage qui aurait pu être bon, mais sera uniquement médiocre car ancré dans les clichés que vous aurez voulu éviter.

On ne crée pas un bon personnage féminin. On crée un bon personnage et parfois il s’agit d’une femme.

Publicités

7 réflexions sur “Comment créer un personnage féminin « fort » ?

  1. Je m’excuse d’avance pour les fautes, j’écris depuis mon portable. Je suis tout a fait d’accord avec ce que tu dis. Que ce soit dans les films, sériés, livres… Les personnages féminins ont un demi-role. Elles seront toujours réduite a leurs histoire de couple. Mais elles seront aussi toujours sexualisée : un personnage féminin ne doit surtout pas être grosse, ni poilue et surtout pas de déformations physique. Mentalement, elles sont la compassion incarnée savent faire preuve d’indépendance mais aussi se ranger dans l’ombre de l’homme quand il le faut.
    On leur dénie pratiquement le droit d’être humaine. D’ailleurs les derniers succès le prouve avec 50 shades of grey ou l’héroïne est une femme mais son principale but est de se mettre en couple.
    Et celles qui pratiquent ce sexisme sont aussi des femmes, cela résulte de la construction sociale actuelle. Mais faut avouer que c’est bien triste

    J'aime

    • 50 shades of Grey, je n’ai pas vraiment suivi. J’avais essayé de surpasser mes doutes mais les quelques phrases que j’ai eu le malheur de lire étaient si mal écrites que je n’ai pas insisté xD

      Disons qu’il y a les femmes « fortes », mais même comme ça, rares sont celles qui n’ont pas, à un moment ou un autre, un renvoi dans l’histoire à leur condition de femme, mère ou sœur. Sans me poser en expert, je trouve que trop souvent on associe force des femmes et soutien/maternité. Ce qui donne ensuite des personnages très crispants parce que globalement interchangeables et dont la force ou faiblesse se résume souvent à leur utérus.

      J’aimerais voir plus souvent des personnages féminins dont le rôle de mère/fille/sœur/femme n’a pas d’importance pour l’histoire, ou qui sont simplement célibataires, sans enfant et le reste tout le long parce qu’on en voit beaucoup trop peu.

      Merci d’avoir pris la peine de laisser un commentaire en tout cas 😀

      J'aime

  2. Je pense qu’il faut surtout voir cette question comme une volonté de se démarquer du sexisme. Notre difficulté, c’est que nous ne créons pas à partir de rien, et que les modèles que la fiction nous renvoie le plus souvent sont des personnages féminins rares (à croire que dans les univers de SF et de fantasy, il naît 5 hommes pour une femme !) et effacés. Dans le processus de création, renverser ce modèle nous demande un effort, d’autant plus si l’univers est sexiste.

    Cela dit, tu y apportes une excellente réponse, le plus simple reste encore de ne définir le sexe de son personnage qu’une fois celui-ci créé pour éviter de tomber dans le stéréotype de genre ou son contraire. On est un être humain avant d’être homme ou femme.

    J'aime

    • Ah on est d’accord, la question est posée justement pour éviter l’écueil des clichés et du sexisme en créant un personnage féminin. Dans l’absolu, qu’on ait suffisamment conscience des problèmes que pose la représentation des femmes dans la fiction et souhaite éviter cet écueil est tout à fait louable. J’appuyais juste sur le sens moins évident de la question elle-même et les mauvaises bases qu’elle installe.

      Après… Ça se vaut pour d’autres types de personnages je pense : quand on crée quelque chose par opposition à ce qui se fait déjà, on ne fait que créer un reflet de ce qui ne va pas initialement. Je ne pense pas que tous les personnages féminins actuels sont « faibles » d’ailleurs, c’est plutôt que ces personnages effacés sont sur-représentés et considérés comme la norme.

      Merci d’avoir pris le temps de commenter en tout cas 🙂

      J'aime

  3. J’aime bien cette façon de voir les choses et, au fond, ça peut s’appliquer à tout :
    – on ne crée pas un bon personnage homosexuel, on crée un bon personnage qui s’avère être homosexuel
    – etc etc, on peut vraiment le faire avec tout.

    Toujours est-il que je trouve ça assez juste. Insister sur l’aspect femme ou toute autre caractéristique, c’est assez risqué dans le sens où ça donne l’impression de déployer le personnage comme un étendard.

    « Eh, regardez, je joue une femme/un homosexuel/autre ! » Alors, oui, on a parlé de la diversité dernièrement, mais le but de la diversité en RP, c’est… Bien, d’introduire de la diversité, mais pas en insistant lourdement en mode « eh, je joue un personnage de couleur ! Cliquez sur mon profil, venez RP ! »

    Au fond, le genre, les origines ou autre ne sont pas des éléments qui déterminent la qualité d’un personnage. En revanche, ça peut aider à développer des traits permettant d’ajouter de la profondeur et de l’intérêt, mais ça, on peut l’avoir avec n’importe quel genre, orientation sexuelle ou autre.

    J'aime

    • Ça marche pour tout, oui, mais j’avais surtout insisté sur le genre du personnage à l’époque parce que le nombre de requêtes sur Google à ce sujet est impressionnant. Ça et parce que je vais voir à l’occasion sur des forums ou des fils de discussion liés à l’écriture et c’est un questionnement récurrent.

      Sinon, personnellement, je joue parfois sur la différence ou le genre de mon personnage, mais c’est plus en utilisant l’ironie qu’autre chose. J’ai un personnage comme ça qui appartient à une minorité qui serait discriminée chez nous, mais ne l’est pas dans son univers. Ce personnage a des réactions vis-à-vis d’une autre catégorie de population identiques à celles qu’il aurait subi chez nous. C’est un bon moyen de mettre en exergue l’absurdité de la chose sans jouer dans le pathos, d’autant que c’est une réaction très humaine. On a tous nos boucs émissaires.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s