Utiliser les conventions narratives

Lydia_MartinIl est tout à l’honneur de chacun de chercher à faire preuve d’originalité dans son interprétation, pour ses personnages ou l’univers de son jeu. L’originalité, néanmoins, n’est pas empirique. Comme beaucoup de choses, elle dépend essentiellement du référentiel auquel on la compare : il en faut un pour qu’elle se singularise. J’avais demandé à l’occasion du débat d’Infinite RPG sur l’originalité et la diversité dans le jeu de rôle ce que les gens pensaient d’un personnage cinquantenaire, marié, avec des enfants : original ou non ? IRL, non. En jeu, définitivement, parce qu’il n’y en a presque jamais.

Plus que de faire ce qu’on ne voit pas, il me semble surtout important de faire ce que l’on voit peu ou pas de cette manière. Et pour briser ou détourner des règles, il faut les connaître… et leur donner un nom. Car il y a des manières de rendre une situation ou un personnage suffisamment familiers auprès des autres pour s’éviter de trop rentrer dans le détail : ce sont les conventions narratives. Lire la suite

Vivre avec sa bipolarité

man-of-steel-henry-cavillOn m’a vu râler sur Twitter, sur Facebook, et parfois sur les forums où je mets les doigts, contre la sur-utilisation du trouble de la bipolarité en jeu, et plus encore, contre sa mauvaise utilisation. Il y avait d’autres sujets dans ma liste de ceux à aborder un jour sur les Chutes de Rozan, celui-ci s’avérant assez ardu. J’avais repoussé sa rédaction alors qu’il était prévu depuis mon article sur les 4 erreurs à ne pas commettre pour jouer un personnage « fou ». Le fait est que je commence à en avoir assez, donc pour ce mois de juillet, c’est quand même de cette maladie psychique dont je vais parler.

Commençons par éclaircir un point : je ne vous ferai pas de description clinique prolongée des troubles bipolaires. Wikipedia est justement là pour ça. Ce dont je veux parler aujourd’hui, c’est de ce que Wikipédia ne peut pas dire, parce que c’est une encyclopédie, que l’article se doit d’être factuel et qu’être touché par une maladie ne se limite pas aux symptômes. C’est un ressenti, un vécu, des souvenirs et, disons-le clairement, une certaine dose de souffrance.

Notez toutefois que ce qui va suivre n’est pas universel, mais ça devrait couvrir une bonne partie de ce que donne le quotidien d’une personne bipolaire. Notez également que je m’appuie sur ce que je connais le mieux, c’est-à-dire le type II (j’y reviendrai brièvement).

Sur ce… Lire la suite

L’inspiration, ce cadeau empoisonné

Breathing.full.155630Le jeu de rôle, je le définis à l’heure actuelle tel que je l’ai, finalement, toujours défini : on interprète un personnage et seulement lui, en improvisant ses actions en fonction de celles faites par les autres personnages. Personnages qui, eux, sont joués par d’autres rôlistes. Le jeu de rôle textuel le fait par le biais de l’écrit, ce qui n’en fait pas pour autant l’équivalent de l’écriture d’un roman ou d’une nouvelle. Le premier est une activité sociale, s’il ne fallait que ça pour les différencier, alors que l’autre est une pratique majoritairement solitaire. Se pose aussi la question de la maîtrise de l’univers et du scénario, que le rôliste n’a pas alors que l’écrivain si. Pour autant et malgré toutes leurs différences, le jeu de rôle textuel et la littérature ont des points communs, dont l’importance relative de l’inspiration.

Mais commençons doucement.

[Cet article aborde un sujet qui me tient à cœur, mais il se place aussi dans le cadre de la seconde édition du concours Vis ma vie de rôliste organisé par Infinite RPG. Pour plus de définitions sur le jeu de rôle textuel, je vous invite chaleureusement à lire le très complet et un brin sarcastique lexique de SRL sur Roleplay and sarcasm.] Lire la suite

Impliquer ses joueurs

HorlogeCertaines choses me semblent indispensables pour pouvoir pleinement apprécier de jouer. L’une d’entre elle n’est pas souvent évoquée, mais je me rends compte avec le temps qu’elle mériterait vraiment d’être mise sur le devant de la scène : l’importance d’avoir du pouvoir sur le contexte du forum. L’article s’adresse aux administrateurs mais pas que, puisque j’y aborde surtout l’importance d’intégrer ses joueurs. Après tout, en tant que rôliste, je ne consacre pas plusieurs heures par semaine à un jeu pour que ce que je fais ne change rien à rien. Rien de plus frustrant que jouer quelque chose de marquant dont personne ne tiendra compte alors que la cohérence du jeu aurait voulu que oui, ou que le scénario avance comme le veut le staff peu importe ce qui se passe en jeu. Aujourd’hui, donc, je vais parler de ça.

Plusieurs éléments me paraissent indissociables pour Lire la suite

Comment créer un prédéfini intéressant ?

Abed (Community)

Abed (Community)

Ceux qui me connaissent savent que je suis un créateur de personnages en série, mais comme je ne peux pas tout jouer, je profite souvent de mon inspiration pour créer des prédéfinis. Certains sont en lien avec mes personnages, la plupart ne le sont pas. Mon approche vis-à-vis des prédéfinis n’est pas vraiment de lier des personnages aux miens, mais plutôt de proposer des rôles différents à ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent jouer. Une bonne partie des rôlistes restent assez conventionnels quand il s’agit de créer leur personnage, par crainte de mal faire ou parce qu’ils ne pensent pas à ce qui sort vraiment du lot. Quoi de mieux qu’un bon prédef à proposer pour donner des idées et apporter de la variété ?

Sauf que créer un bon prédéfini n’est pas si facile que ça en a l’air. Trop souvent, je fais un tour dans la section des prédéfinis et scénarios et ne vois que la même chose en boucle. Les mêmes archétypes, les mêmes clichés, les mêmes problèmes, le même égocentrisme de la part des créateurs du personnage. Cet article sera donc un petit guide pour ceux qui veulent s’y prendre autrement. Lire la suite