Les limites de l’humour hors-jeu

Un clownL’humour hors-jeu est un sujet qui me tient d’autant plus à coeur qu’il cause régulièrement des problèmes au sein des joueurs. Les uns blâment la sensiblerie des autres, et les autres le manque de respect des uns. Poser les limites de l’humour et du respect est donc entre les mains de chaque équipe de gestion qui doit faire avec sa propre expérience pour juger de ce qui est, ou non, autorisé. L’exemple le plus classique est bien évidemment les plaisanteries grivoises qui sont, sur certains forums, interdites avant 23h pour éviter aux membres les plus jeunes d’y être exposés. Je vous propose donc ma propre interprétation des choses, qui peut-être contribuera à votre réflexion sur le sujet.

Les bases

Les limites de l’humour se basent sur la notion de respect, c’est-à-dire Lire la suite

Varier ses personnages (sondage)

orphan-black-season-2-poster

Et un deuxième article pas trop doctoral ! J’ai promis de ne pas vous oublier malgré le NaNoWriMo auquel je participe (ce que le monde entier doit savoir, j’en ai parlé sur absolument tous les réseaux sociaux où je suis trouvable) et je tiens parole. Aujourd’hui, donc, je vais aborder la question de la variété des personnages.

Pas strictement de leur originalité, notez bien, car c’est encore autre chose. Je ne cherche pas à faire original quand je crée un personnage, en tout cas pas par défaut, même si j’aime jouer ce qu’on ne trouve pas trop sur les forums où je suis. Et comme justement, je base aussi beaucoup mes personnages sur des archétypes (cf. mon article sur les conventions narratives), on ne peut pas dire qu’ils sont tout droit sortis de mon imagination, sans inspirations ni influences. Et pourtant, il semblerait que je parvienne à varier leurs histoires et caractères. L’un de mes grands jeux d’ailleurs est de m’amuser à voir quel alignement de Donjon & dragons leur va, parce qu’il y a souvent des grosses différences même quand, à première vue, les personnages présentent pas mal de similarités.

Mais là encore… J’ai commencé le jeu de rôle parce que je trouvais l’exercice intéressant pour maîtriser différentes personnalités, avant de simplement me prendre au jeu et y finir accro comme le rôliste moyen. Là où je comprends donc bien la volonté des joueurs de ne pas reprendre le même personnage en boucle, je comprends beaucoup moins ceux qui ne varient pas – ou très peu – celui qu’ils jouent peu importe où ils se trouvent. Raison pour laquelle je poste cet article voué à vous faire bosser vous plutôt que moi😀

Je vous propose de répondre à un sondage dont les résultats seront traités dans un prochain article (pas forcément le suivant). Vous aurez des cookies si vous le faites tourner un maximum autour de vous !

< C’est par ici ! >

L’Art du Synonyme

Avec les majuscules, je vous prie !

Petit article bien plus succinct que les précédents, parce que ça ne fait pas de mal de faire dans le moins de 900 mots à nouveau ! Aujourd’hui, je fais donc un encart spécial synonymes parce que je n’ai pas de plus grande joie dans ma vie que lire un RP tout droit sorti du dictionnaire. (Non, en fait, j’en ai, mais ça m’arrache souvent un sourire après l’expression d’horreur pure).

yakko-dictionnaire

Alors, pourquoi utiliser des synonymes ? Pour ne pas se répéter, ou tout simplement parce que le mot qui nous vient n’est pas le plus évocateur, ni n’apporte la nuance désirée. Et quoique la langue française s’exprime beaucoup par périphrases, analogies et métaphores, faire simple est un exercice tout aussi sympathique.

C’est ainsi qu’on se retrouve face à son dictionnaire des synonymes en ligne ou papier, pimpant et plein de bonne volonté. Qu’on choisit un mot qui fait joli et poétique. Qu’on l’utilise, désireux de faire grandir en qualité l’aspect littéraire de nos messages. Et c’est très bien, hein ! Puisque nous avons une langue riche, autant s’en servir ! Seulement… La seconde étape de la recherche de synonymes passe à la trappe une fois sur deux. Et quelle est-elle ?

La vérification. A moins de vouloir amuser les autres joueurs un peu trolls (moi, pour n’en citer qu’un), vous y gagner à simplement vous assurer que le synonyme choisi signifie vraiment ce que vous vouliez dire.

Petits exemples :

  • Les lippes : utilisées comme synonyme pour lèvres, elles ont tendance à provoquer chez moi un sourire. La lippe, c’est la lèvre inférieure épaisse. A moins que vous n’ayez plusieurs lèvres inférieures, auquel cas je conseille un rendez-vous chez le médecin, le singulier s’impose.
  • L’érythème : je l’ai quelques fois croisé en lieu et place de rougeur (pour les joues). C’est en effet un synonyme, mais un érythème, c’est la rougeur qui apparaît sur la peau après une piqûre d’insecte, par exemple. Celle qui blanchit quand on appuie dessus. Donc à moins de parler d’une condition médicale, on y gagne à s’en tenir à la coloration rougeâtre de la peau, le rosissement, etc.
  • Diaphane : que j’ai vu pour les yeux. Ou pupilles, je ne suis toujours pas certain. Toujours est-il que diaphane sert à qualifier le teint particulièrement pâle d’une personne ou signifie translucide. Rien à voir avec le regard, je le crains.
  • Dextre : signifie « qui se trouve du côté droit ». Le terme est vieillot, mais peut être utilisé pour qualifier une main. La main droite, donc. Il n’est par contre pas interchangeable avec main, encore moins mains au pluriel, sauf sérieuse malformation du personnage ! (Merci à Cendre pour sa contribution !)

Voilà pour ce petit aparté sur les synonymes. On en retiendra, en somme, qu’avant d’utiliser un joli mot, un passage par le dictionnaire classique ne fait de mal à personne. Et qu’accessoirement, jolis mots + tournures de phrase alambiquées donnent bien souvent un mélange qui demande une ou deux relectures pour comprendre. La sobriété est une qualité, qu’on se le dise !

(Et oui, je sais, ceux qui s’adonnent au doux plaisir du beau mot reçoivent une tonne de compliments. En général, d’ailleurs, de joueurs qui n’ont rien compris, mais trouvent impressionnante cette maîtrise du vocabulaire. Personnellement, je préfère qu’on me réponde « Machin s’offusqua » que « Machin sentit l’aquilon de l’outrage gonfler son cœur enténébré ». Chacun son truc.)

Drama ou pas drama : telle est la question

kylo_ren_profileLe drama est un outil puissant. Un outil particulièrement intense qui pousse nos personnages dans leurs derniers retranchements, leur fait dire des mots qu’ils n’ont pas conscience de penser, leur faire avouer des secrets qu’ils gardaient pour eux ou les fait agir de manière inattendue. Souvent violent, toujours éprouvant.

Et comme tout un chacun, j’aime le drama. Je l’aime à petite dose, avec des pauses et une touche d’impuissance qui saupoudre le tout d’une vibe tragique. Certains personnages s’y prêtent moins que d’autres et, comme je les joue souvent terre-à-terre, il s’avère de temps en temps compliqué d’en avoir. Heureusement, il y a les autres joueurs. Surtout ceux qui s’injectent le drama en intraveineuse et semblent incapables de jouer un personnage heureux.

Le plus difficile devient alors non pas de créer cette tension dramatique (surtout que je ne raffole pas de forcer le jeu), mais de mettre le holà à leurs élans à eux. A force de m’y retrouver confronté, j’ai donc décider d’en parler.

Qu’est-ce que donc c’est-y ?

Le drama est un RP qui va être particulièrement éprouvant pour les personnages concernés. On parle ici d’épreuve émotionnelle, car un personnage qui gère une situation difficile avec sang-froid et logique n’offrira pas la même portée tragique. Or, sans tragédie, pas de drama digne de ce nom. Lire la suite

Utiliser les conventions narratives

Lydia_MartinIl est tout à l’honneur de chacun de chercher à faire preuve d’originalité dans son interprétation, pour ses personnages ou l’univers de son jeu. L’originalité, néanmoins, n’est pas empirique. Comme beaucoup de choses, elle dépend essentiellement du référentiel auquel on la compare : il en faut un pour qu’elle se singularise. J’avais demandé à l’occasion du débat d’Infinite RPG sur l’originalité et la diversité dans le jeu de rôle ce que les gens pensaient d’un personnage cinquantenaire, marié, avec des enfants : original ou non ? IRL, non. En jeu, définitivement, parce qu’il n’y en a presque jamais.

Plus que de faire ce qu’on ne voit pas, il me semble surtout important de faire ce que l’on voit peu ou pas de cette manière. Et pour briser ou détourner des règles, il faut les connaître… et leur donner un nom. Car il y a des manières de rendre une situation ou un personnage suffisamment familiers auprès des autres pour s’éviter de trop rentrer dans le détail : ce sont les conventions narratives. Lire la suite