Les limites de l’humour hors-jeu

Un clownL’humour hors-jeu est un sujet qui me tient d’autant plus à coeur qu’il cause régulièrement des problèmes au sein des joueurs. Les uns blâment la sensiblerie des autres, et les autres le manque de respect des uns. Poser les limites de l’humour et du respect est donc entre les mains de chaque équipe de gestion qui doit faire avec sa propre expérience pour juger de ce qui est, ou non, autorisé. L’exemple le plus classique est bien évidemment les plaisanteries grivoises qui sont, sur certains forums, interdites avant 23h pour éviter aux membres les plus jeunes d’y être exposés. Je vous propose donc ma propre interprétation des choses, qui peut-être contribuera à votre réflexion sur le sujet.

Les bases

Les limites de l’humour se basent sur la notion de respect, c’est-à-dire Lire la suite

Publicités

Utiliser les conventions narratives

Lydia_MartinIl est tout à l’honneur de chacun de chercher à faire preuve d’originalité dans son interprétation, pour ses personnages ou l’univers de son jeu. L’originalité, néanmoins, n’est pas empirique. Comme beaucoup de choses, elle dépend essentiellement du référentiel auquel on la compare : il en faut un pour qu’elle se singularise. J’avais demandé à l’occasion du débat d’Infinite RPG sur l’originalité et la diversité dans le jeu de rôle ce que les gens pensaient d’un personnage cinquantenaire, marié, avec des enfants : original ou non ? IRL, non. En jeu, définitivement, parce qu’il n’y en a presque jamais.

Plus que de faire ce qu’on ne voit pas, il me semble surtout important de faire ce que l’on voit peu ou pas de cette manière. Et pour briser ou détourner des règles, il faut les connaître… et leur donner un nom. Car il y a des manières de rendre une situation ou un personnage suffisamment familiers auprès des autres pour s’éviter de trop rentrer dans le détail : ce sont les conventions narratives. Lire la suite

Comment créer un prédéfini intéressant ?

Abed (Community)

Abed (Community)

Ceux qui me connaissent savent que je suis un créateur de personnages en série, mais comme je ne peux pas tout jouer, je profite souvent de mon inspiration pour créer des prédéfinis. Certains sont en lien avec mes personnages, la plupart ne le sont pas. Mon approche vis-à-vis des prédéfinis n’est pas vraiment de lier des personnages aux miens, mais plutôt de proposer des rôles différents à ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent jouer. Une bonne partie des rôlistes restent assez conventionnels quand il s’agit de créer leur personnage, par crainte de mal faire ou parce qu’ils ne pensent pas à ce qui sort vraiment du lot. Quoi de mieux qu’un bon prédef à proposer pour donner des idées et apporter de la variété ?

Sauf que créer un bon prédéfini n’est pas si facile que ça en a l’air. Trop souvent, je fais un tour dans la section des prédéfinis et scénarios et ne vois que la même chose en boucle. Les mêmes archétypes, les mêmes clichés, les mêmes problèmes, le même égocentrisme de la part des créateurs du personnage. Cet article sera donc un petit guide pour ceux qui veulent s’y prendre autrement. Lire la suite

[Débat] L’originalité et la diversité dans le jeu de rôle textuel

Vendredi 17 février, Infinite RPG a organisé un débat sur le thème de l’originalité et de la diversité dans le jeu de rôle textuel. Certaines questions très intéressantes ont été soulevées et font écho à un sujet que je traiterai prochainement : le manque de représentation de certaines minorités. En attendant, je ne peux que vous conseiller d’aller regarder ce débat (2h) et si vous avez envie de poursuivre plus loin, de regarder ce qui s’est dit avant, pendant et après la discussion :

J’en profite pour vous inviter à me retrouver sur le réseau social spécial rôlistes d’Infinite RPG, encore en bêta, mais taillé juste pour nous.

Démystifier le jeu de rôle

knights-of-badassdom-trailer-3-2014-peter-dinklage-comedy-movie-hd

Knights of Badassdom

Bon nombre de joueurs ne se posent pas encore la question, mais elle viendra un jour : faut-il indiquer que l’on pratique le jeu de rôle sur son CV ? A l’heure actuelle, ma réponse penche vers le non, mais il est, par contre, essentiel d’en parler autour de soi pour démystifier ce loisir encore stigmatisé.

Les jeux de rôle sont aux années 1980 ce que les jeux vidéos sont aux années 2000 : l’objet de la peur des parents qui craignent que leurs enfants ne sachent plus distinguer fiction et réalité. Malheureusement, cette mauvaise publicité donnée par la presse à l’époque a des impacts encore de nos jours, notamment dans le milieu professionnel où ça ne fait pas “sérieux” ou “adulte”. Et c’est justement pour cette raison, s’il n’en fallait qu’une, qu’il est important de ne pas en avoir honte et d’en parler à notre entourage (mais pas en entretien d’embauche, de préférence). Lire la suite