L’inspiration, ce cadeau empoisonné

Breathing.full.155630Le jeu de rôle, je le définis à l’heure actuelle tel que je l’ai, finalement, toujours défini : on interprète un personnage et seulement lui, en improvisant ses actions en fonction de celles faites par les autres personnages. Personnages qui, eux, sont joués par d’autres rôlistes. Le jeu de rôle textuel le fait par le biais de l’écrit, ce qui n’en fait pas pour autant l’équivalent de l’écriture d’un roman ou d’une nouvelle. Le premier est une activité sociale, s’il ne fallait que ça pour les différencier, alors que l’autre est une pratique majoritairement solitaire. Se pose aussi la question de la maîtrise de l’univers et du scénario, que le rôliste n’a pas alors que l’écrivain si. Pour autant et malgré toutes leurs différences, le jeu de rôle textuel et la littérature ont des points communs, dont l’importance relative de l’inspiration.

Mais commençons doucement.

[Cet article aborde un sujet qui me tient à cœur, mais il se place aussi dans le cadre de la seconde édition du concours Vis ma vie de rôliste organisé par Infinite RPG. Pour plus de définitions sur le jeu de rôle textuel, je vous invite chaleureusement à lire le très complet et un brin sarcastique lexique de SRL sur Roleplay and sarcasm.] Lire la suite

Publicités

Le RP le plus court possible : ma méthode

Cet article servira surtout à détailler ma méthode pour faire mes RPs. C’est une méthode parmi d’autres qui correspond surtout à la manière dont je conçois le jeu de rôle textuel, une philosophie développée la semaine dernière pour plus de compréhension. Puisqu’il m’a gentiment été demandé de détailler un peu tout ça pour voir comment je m’y prends… allons-y pour une autopsie.

(Ou pas, mais on se comprend.)

Les bases

D’abord, il faut bien comprendre que Lire la suite

Action, réaction : le cœur du JDR

Hermione Granger (Harry Potter)Presque deux ans que je n’avais pas parlé de la taille des RPs, un sujet que j’affectionne pourtant beaucoup et me sens donc obligé d’aborder à nouveau. Je serai peut-être un peu moins intransigeant qu’avant, non que ma passion du RP long se soit subitement manifestée, mais de nouvelles expériences et discussions m’ont permis d’affiner un peu mon approche. A l’inverse de ce que je me disais à l’époque, je ne pense pas que la discussion soit réellement une question de quantité VS qualité. C’est une question de philosophie du RP. Je m’explique. Lire la suite

Créer le concept de son personnage

Mr Gold - Rumplestiltskin - Once upon a timeCréer son personnage est la base même du jeu de rôle, peu importe le support. Mais si le vôtre ne se résume pas à quelques caractéristiques pour vos jets de dés, vous vous serez probablement posé la question : « Comment créer un bon personnage ? ». Je n’ai pas de recette magique, mais j’ai une méthode peaufinée avec le temps qui vous sera peut-être utile pour créer le concept de votre personnage, c’est-à-dire sa base concrète (et non l’idée de départ).

Pour commencer, il est important de retenir que ce qui fait d’un personnage un bon personnage n’est pas sa fiche de présentation. Je serai même tenté d’affirmer qu’elle n’a pas beaucoup d’impact sur la qualité du perso puisqu’elle Lire la suite

Comment créer un personnage féminin « fort » ?

Ruby - Once upon a timeCet article me taraude depuis longtemps. Les personnages féminins sont un sujet qui me touche depuis des années et sur lequel je pourrais disserter pendant des heures. On s’extasie bien souvent de la capacité de Joss Whedon ou Georges R. R. Martin à écrire des personnages féminins forts et « vrais », mais honnêtement ? Le « bon personnage féminin » est un mythe, et plus gênant, ce focus sur son genre est d’un sexisme crasse dont il est temps de se débarrasser.

Je vais chipoter sur la sémantique, mais décomposons ensemble l’énoncé de cet article : Lire la suite