Comment créer un prédéfini intéressant ?

Abed (Community)

Abed (Community)

Ceux qui me connaissent savent que je suis un créateur de personnages en série, mais comme je ne peux pas tout jouer, je profite souvent de mon inspiration pour créer des prédéfinis. Certains sont en lien avec mes personnages, la plupart ne le sont pas. Mon approche vis-à-vis des prédéfinis n’est pas vraiment de lier des personnages aux miens, mais plutôt de proposer des rôles différents à ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent jouer. Une bonne partie des rôlistes restent assez conventionnels quand il s’agit de créer leur personnage, par crainte de mal faire ou parce qu’ils ne pensent pas à ce qui sort vraiment du lot. Quoi de mieux qu’un bon prédef à proposer pour donner des idées et apporter de la variété ?

Sauf que créer un bon prédéfini n’est pas si facile que ça en a l’air. Trop souvent, je fais un tour dans la section des prédéfinis et scénarios et ne vois que la même chose en boucle. Les mêmes archétypes, les mêmes clichés, les mêmes problèmes, le même égocentrisme de la part des créateurs du personnage. Cet article sera donc un petit guide pour ceux qui veulent s’y prendre autrement.

Créez le personnage pour lui-même…

… y compris (et surtout) s’il est lié à l’un des vôtres. Rien de pire qu’un prédéfini “faire-valoir” uniquement présenté sous l’angle de sa relation avec l’un des personnages-joueurs. Il est, à mon sens, important d’en faire une personne à part entière avec ses avantages, ses inconvénients, ses centres d’intérêt, etc. Bref, rendez ce personnage vivant et concret plutôt que d’écrire une énième femme mondaine dont la vie se limite à son mari, ses enfants et sa vie d’aristocrate.

Non mais vraiment, j’insiste. Vous pouvez même aller relire ma méthode de création de perso si vous voulez des idées.

Choisissez un archétype de personnage

Un archétype n’est pas un stéréotype, mais un genre : le mentor, le guerrier, etc. Choisissez un type de personnages et jouez avec les habitudes et les codes qui l’accompagnent. L’avantage d’un archétype, c’est qu’à l’instar des genres de fiction, ils forment un socle commun qui facilite l’identification des joueurs. Jouer avec les codes attendus permet à la fois de donner un sentiment de familiarité tout en apportant une touche d’originalité : un rôle typiquement masculin donné à une femme, par exemple, ou encore un redneck avec une culture littéraire à rendre jaloux un professeur d’université. Tout est dans le détail.

Jouez sur les possibilités du jeu les moins exploitées

Un exemple simple avec Harry Potter : Poudlard n’est pas obligatoire et poursuivre au-delà des BUSE est souvent dispensable, mais il est commun d’aller jusqu’au bout du cursus. La majorité des sorciers britanniques quittent donc l’école à 17 ou 18 ans, une fois les ASPIC en poche. Un personnage de 15, 16 ou 17 ans qui a eu ses BUSE et a décroché juste après n’est pas chose courante, et permet d’apporter un peu de nouveauté tout en explorant d’autres aspects de l’univers et du jeu.

Les jumeaux Weasley (HP)

Trouvez-lui un thème (qui ne soit pas lié à son caractère)

J’entends par là donner au personnage une ligne directrice qui va servir d’angle d’approche pour le décrire. Je déconseille vivement d’utiliser les traits de caractère pour ça, sans quoi le personnage est très vite plat. Une peste est plus qu’une peste, le clown de service est plus que le clown de service.

Il peut s’agir d’un hobby, d’une passion, d’un objectif à long terme qui régit toute la vie du personnage, etc. L’un de mes derniers prédéfinis est une ancienne expatriée revenue après l’invasion du pays où elle vivait, elle veut y retourner et se battre pour le libérer (rébellion). Pour un autre, c’est un passionné d’exploration maritime au point où ça l’obsède et dirige presque tous ses choix (aventure).

Ne soyez pas trop descriptif et/ou restrictif

Si vous ressentez le besoin de “cadenasser” le personnage en précisant tout et en vous attendant à ce que la personne qui le prendra respecte chaque point à la lettre, ne proposez pas le personnage en prédéfini. Une fois le personnage pris, il appartient à son joueur, plus à son créateur initial. Il n’y a pas de mal à ne pas se sentir à l’aise avec ça, mais c’est le signe qu’il faut garder le personnage en PNJ plutôt que le proposer à d’autres. Ou le jouer vous-même.

Liez-le à d’autres personnages

Trouvez-lui des liens avec plus qu’un seul personnage. L’un des avantages attendus des prédéfinis, c’est que ce sont des personnages normalement déjà intégrés. Qui plus est, le fait de lui trouver des relations avec plusieurs personnages évitera le problème souligné dans le premier point : il ne servira pas de faire-valoir puisqu’il aura sa propre existence.

Pocahontas selon Disney

Pocahontas selon Disney

Encart spécial : la diversité culturelle

Ce sera l’objet d’un article plus complet, et la question a été soulevée lors du débat sur l’originalité et la diversité dont j’ai fait mention fin février. Certaines minorités ou groupes sociaux/religieux ne sont pas ou peu représentés. S’il n’y a pas lieu de se mettre en tête de créer absolument des personnages s’y rattachant, ça n’est pas une mauvaise idée si vous en avez vraiment envie. Les prédéfinis sont d’ailleurs bien pour ça, simplement, il faut faire attention à comment on s’y prend.

Éviter de créer un gros cliché n’est pas plus difficile qu’avec une autre caractéristique : il suffit globalement de se renseigner et de ne pas baser le personnage sur sa différence. Pour prendre le premier exemple venu en tête lors du débat d’Infinite RPG : tous les Noirs ne sont pas africains, et tous les Africains ne sont pas noirs. En terme de religions, tous les Musulmans ne sont pas arabes et tous les Asiatiques ne sont pas bouddhistes. Évitez aussi de créer des personnages étrangers en vous basant sur la culture de leur pays… il y a plusieurs siècles. Il y a longtemps que la perruque cendrée est passée de mode en France, et c’est le cas de la plupart des absurdités qu’on retrouve quand quelqu’un cherche à représenter une culture lointaine “de manière fidèle”.

Je vous ai mis Pocahontas en exemple, parce que le film de Disney, comme avec Mulan, s’éloigne sérieusement du personnage historique qui leur a inspiré ces deux femmes. Personnages historiques qui sont, en fait, les vraies Pocahontas et Mulan. Si ça vous intéresse, allez voir cette analyse du film pour approfondir.

Pour simplifier…

Soignez-le comme vous le feriez avec un personnage que vous voulez jouer, en lui donnant une vraie personnalité et de la profondeur. J’ai tendance à ne pas proposer de prédéfinis que je n’ai pas envie de jouer après avoir fait sa fiche. Si moi, je n’ai pas envie de le jouer, pourquoi quelqu’un d’autre en voudrait ? Ça ne vous sauvera évidemment pas d’accidents de parcours, mais vous éviterez bien des écueils comme ça.

Et si vous voyez des choses à ajouter, n’hésitez pas à en faire part !

Publicités

Une réflexion sur “Comment créer un prédéfini intéressant ?

  1. Ah ! Très bonne idée d’écrire un article sur les prédéfinis ; ça manquait ! Je suis, dans l’ensemble, d’accord avec les idées que tu apportes, surtout la dernière. Je reste un peu sur ma réserve quant à la nécessité de lui créer des liens. J’ai conscience de l’intérêt d’éviter la redondance de RP de  » rencontres  » dans le principe de faire des liens (ce que les joueurs appellent de plus en plus souvent des  » scénarios « ), mais j’ai toujours ressenti que c’était une méthode peu naturelle. C’est pour ça que je n’aurais pas forcément prescrit les liens, mais c’est quelque chose que je peux comprendre.

    Il y a un petit truc que j’ai toujours considéré important dans la manière d’élaborer un prédéfini, c’est de le réfléchir non pas seulement comme un élément isolé (même s’il doit séduire pour ce qu’il est), mais aussi comme élément constitutif du forum. Tu parlais de jouer avec les codes des archétypes. Je dirais même plus, il faut jouer avec les codes du forum. S’il existe déjà un personnage mentor, faites un personnage mentor (qui soit éventuellement rival du précédent), mais qui ait un comportement et des méthodes diamétralement opposés. Bien sûr, il faut ensuite vérifier si le personnage tient la route en roue libre, mais le penser de façon plus globale permettrait de l’intégrer de façon harmonieuse à l’univers.

    Ça n’est bien sûr pas facile dans la mesure où un forum change sensiblement avec le temps. Autre exemple : il y a souvent une division raciale dans les fora med-fan (un truc assez dingue, quand on y réfléchi) ; en cela, un personnage qui fait fi de ce cloisonnement et tente de fédérer une communauté cosmopolite autour de lui est un archétype qui marche assez bien (sans tomber dans cette obsession des sangs-mêlés que je n’explique pas). Un personnage remettant en cause le système de castes dans un RPG à  » factions  » peut être intéressant, ou un autre qui joue avec le réalisme relatif de l’univers. Je crois que ça rejoint l’exemple que tu donnes sur l’univers Harry Potter.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s