Démystifier le jeu de rôle

knights-of-badassdom-trailer-3-2014-peter-dinklage-comedy-movie-hd

Knights of Badassdom

Bon nombre de joueurs ne se posent pas encore la question, mais elle viendra un jour : faut-il indiquer que l’on pratique le jeu de rôle sur son CV ? A l’heure actuelle, ma réponse penche vers le non, mais il est, par contre, essentiel d’en parler autour de soi pour démystifier ce loisir encore stigmatisé.

Les jeux de rôle sont aux années 1980 ce que les jeux vidéos sont aux années 2000 : l’objet de la peur des parents qui craignent que leurs enfants ne sachent plus distinguer fiction et réalité. Malheureusement, cette mauvaise publicité donnée par la presse à l’époque a des impacts encore de nos jours, notamment dans le milieu professionnel où ça ne fait pas “sérieux” ou “adulte”. Et c’est justement pour cette raison, s’il n’en fallait qu’une, qu’il est important de ne pas en avoir honte et d’en parler à notre entourage (mais pas en entretien d’embauche, de préférence).

Certaines plateformes comme Infinite RPG travaillent à faire connaître le jeu de rôle aux néophytes. Je me suis moi-même prêté à l’exercice il y a peu durant un cours d’anglais professionnel sous un angle très pragmatique. Le reste de la classe (une dizaine de personnes toutes plus âgées que moi) a été si réceptif que j’en arrive à écrire cet article pour partager ma démarche et mes conclusions.

De quoi parle-t-on ?

Le jeu de rôle consiste à agir en tant que soi-même dans une situation donnée ou en tant que personnage inventé pour une partie de jeu. Il existe différents types de jeux de rôle :

  • Professionnel : formation, coaching, entretien d’embauche
  • Thérapeutique : apprendre à réagir correctement dans une situation précise définie par le thérapeute et le patient
  • Loisir : en personne, à l’oral ou à l’écrit

Les deux premières catégories sont de plus en plus populaires et, puisqu’elles répondent à un besoin très pragmatique, sont globalement acceptées à défaut d’être toujours appréciées. La troisième catégorie est celle qui nous concerne, c’est aussi celle qui est la moins bien vue. Elle regroupe des pratiques diverses et variées :

  • Le Grandeur Nature (GN), où les joueurs interprètent leur personnage en personne à la manière des acteurs ;
  • Le jeu de rôle sur table, où les joueurs interprètent oralement leur personnage ;
  • Le jeu de rôle sur les MMORPG (qui ont souvent des serveurs dédiés), où les joueurs interprètent leur personnage via les canaux de discussion et les actions disponibles ;
  • Le jeu de rôle textuel (forums, emails, Skype, Facebook, etc.), où les joueurs interprètent par écrit les actions de leur personnage.
Episode sur le jdr Grandeur Nature

Sam et Dean découvrent le GN

Les spécificités

Le jeu de rôle comme loisir inclut, si on prend la définition au sens large, les jeux d’enfants tel que le policier et le voleur ou un après-midi passé à sauver le monde avec ses figurines d’Action Man (est-ce que ça se vend toujours ?). Celui que nous pratiquons, que ce soit sous forme de GN, sur table, sur les MMORPG ou par écrit, est pourtant très différent de ça. Pourquoi donc ? Parce que :

  • Il y a des règles, qui peuvent parfois être très complexes ;
  • C’est un loisir multijoueur ;
  • Le temps avance qu’on soit là ou pas ;
  • On avance autour d’un scénario commun à tous les joueurs ;
  • Les joueurs ne savent pas ce qui va se passer (et ne sont pas supposés prévoir ce qui arrive à leur personnage), c’est le Maître du jeu qui dirige.

Il est bon de préciser que le jeu de rôle peut se pratiquer dans un univers créé de toute pièce ou basé sur celui d’une œuvre existante (ex : Star Wars).

Pourquoi devrions-nous tous faire du jeu de rôle ?

Être 22 clampins sur un terrain à courir après la même balle pour la rentrer dans une cage faite de métal et de filet manque singulièrement d’attrait et de sérieux résumé ainsi, mais le football a ses vertus, comme apprendre la cohésion et le travail d’équipe. Le jeu de rôle, lui, développe d’autres capacités tout aussi importantes :

  • L’empathie, car on ne se met pas dans la peau de personnages variés sans s’ouvrir à d’autres manières de penser ;
  • La réactivité et la capacité à improviser, à faire face à l’imprévu ;
  • La créativité et sa petite sœur, la débrouillardise, à chaque fois que votre personnage doit se sortir d’une impasse ;
  • La capacité à s’exprimer avec clarté, verbalement ou à l’écrit.

J’irai plus loin, en particulier pour ceux qui administrent ou modèrent des communautés de joueurs :

  • Le sens des responsabilités, car gérer un groupe demande de savoir en faire preuve, de savoir poser des limites aussi bien pour soi-même que pour les autres notamment au regard de la loi ;
  • La diplomatie, car servir de médiateur entre les différents partis lors de désaccord en exige énormément ;
  • L’organisation, parce qu’on ne manage pas une communauté correctement sans ça, et, dans l’idéal, la capacité d’anticipation (ou proactivité) pour éviter les problèmes avant leur apparition ;
  • La faculté de déléguer pour ceux qui sont dans un staff où les tâches sont réparties, et par extension le travail d’équipe ;
  • La polyvalence, et là je pense notamment à ceux qui créent leur propre serveur de jeu de rôle sur les MMORPG, ceux qui organisent les GN, ceux font le thème graphique et référencent leur forum, etc.

Il y a une raison pour laquelle on trouve des bons et des moins bons joueurs : on s’améliore avec le temps et on s’améliore parce que le jeu de rôle nécessite des compétences qui s’affûtent avec l’expérience.

Ce sont parfois des compétences brutes (organiser une manifestation, apprendre des langages informatiques, savoir utiliser le référencement naturel sur Internet, etc.) et parfois des compétences transférables (la créativité, la proactivité, etc.). Toutes ont de la valeur, toutes méritent de pouvoir être dévoilées sans honte quant aux conditions de leur développement.

Nuclear-Snail-Studios-Post-Apocalyptic-and-Dark-Future-Art-Winter-fighter

© Nuclear Snail Studio

Le mot de la fin

J’avais cinq à sept minutes pour parler de mon sujet et vous avez, en trois points, le contenu un peu plus développé de mon PowerPoint. Cinq à sept minutes, donc, pour parler d’une passion sur laquelle je suis intarissable au point d’avoir créé un blog sur le sujet. C’est bref et paradoxalement, je pense que ça a été la meilleure approche à avoir car j’ai dû aller à l’essentiel pour présenter le jeu de rôle en tant que loisir. J’ai volontairement choisi un angle pragmatique, concret plutôt que basé sur l’expression de la passion parce que ce sont des arguments plus à même de toucher le plus grand nombre en peu de temps.

Et j’ai bien fait.

Pour cinq minutes de présentation générale, j’en ai passé trente de plus à répondre à des questions sincèrement intéressées de gens curieux d’en apprendre plus. Des parents pour beaucoup, de six nationalités différentes et presque tous âgés de plus de 30 ans. L’une d’elle a même été convaincue par ma présentation au point d’inscrire sa fille dans une association de jeu de rôle locale (avec son accord, bien sûr).

Il faut évidemment trouver sa voix et adapter le discours à ses interlocuteurs, mais cette expérience m’a au moins confirmé trois choses importantes à retenir :

  • l’être humain est curieux (mais pas toujours assez courageux pour assouvir sa curiosité de lui-même) ;
  • il faut lui présenter les choses simplement, voire superficiellement pour une première approche et, enfin,
  • comme pour un premier rencard, il faut garder les défauts et inconvénients pour une autre fois. Votre interlocuteur aura le temps d’apprendre à les connaître si le sujet l’intéresse assez pour qu’il veuille en savoir plus.

On s’entend : le jeu de rôle est une passion, pas un travail. Ne pas le prendre au sérieux ne signifie toutefois pas ne pas lui accorder le sérieux qu’il mérite. J’ai vu ici et là des explications passant par la comparaison avec des jouets pour enfants. Tenter de légitimer quelque chose en l’infantilisant me semble un exercice périlleux et je ne peux que vous inciter à faire preuve de prudence dans le choix de mots et images employées.

Et comme toujours si vous voyez de quoi compléter mon argumentaire, n’hésitez pas à vous manifester.

Publicités

13 réflexions sur “Démystifier le jeu de rôle

  1. Une lecture qui fait plaisir 🙂 Pour ma part, je l’ai mis dans mon CV mais de façon un peu dissimulée. Administration de forum, écriture de scénario, travail collaboratif, etc. Des mots clefs qui font plaisir mais « administration de forum RPG » n’aurait pas le même effet. Dommage ! ça simplifierait les choses et me permettrait de valoriser 10 ans de ma vie.
    En tout cas, je suis assez admirative des personnes qui parviennent à croire en leur passion pour le JDR suffisamment pour en parler en public et en faire la promotion. Keep on fighting o/

    J'aime

    • Ah oui, j’ai personnellement choisi d’utiliser une expérience sur un forum d’entraide pour mon CV, en mettant ça dans le bénévolat (community manager est un métier à part entière). Ça m’a permis de mettre en avant différents aspects, comme un attrait pour ce qui est technique et des capacités de médiation/diplomatie/gestion de conflits.
      Et je ne sais pas si c’est que je crois en ma passion particulièrement ou non. Disons surtout que je suis juste un incurable bavard qui aime mettre les pieds dans le plat et bousculer les idées reçues et autres avis trop conventionnels. Ça me semble d’autant plus important de le faire quand c’est à propos de quelque chose que j’aime =)

      J'aime

  2. Hello. Magnifique article, très bien écrit, et rien à redire ni sur la forme ni sur le fond 😀 félicitations

    Et pour le témoignage : je fais partie de ceux qui l’ont mentionné sur leur CV, tout en bas dans les divers « passionné par l’art, l’histoire, les jeux de rôles, activités associatives  » etc.
    Sans Le mettre donc au premier plan, ça permet aux entreprises qui n’en ont rien à carrer de ne pas y faire attention, et à celle qui pourraient y être sensibles de le noter et de poser des questions en ce sens à l’entretien.
    Notamment, le dernier entretien que j’ai passé où mes connaissances, compétences acquises par ce biais et expériences sont carrément des atouts, je ne me suis pas privé de m’étaler un peu sur le sujet.

    Petit témoignage qui pourra être utile à l’édifice, j’ose espérer ^^

    J'aime

    • Témoignage tout à fait utile ! J’ai préféré ne pas le mettre sur mon CV parce que ça n’a pas beaucoup à voir avec ce que je recherche, mais dans mon ancien entreprise par exemple, on était au moins trois à en faire (deux en GN, moi plutôt par écrit ou sur table) et le reste de mes collègues étaient globalement ouverts sur le sujet. Le truc étant : j’étais le seul à oser vraiment en parler et je n’aurais probablement pas su pour les deux autres si je n’avais pas évoqué le sujet. Ce qui expliquait aussi mon envie d’en dire plus durant ce cours, je trouve dommage de s’en cacher comme si c’était honteux.

      J'aime

  3. Et moi qui me demandais de quoi parler pour cet exposé en sujet libre à la fac. Merci pour l’inspiration x)
    Bon, plus qu’à me préparer mentalement à vendre le jeu de rôle à une classe de 18/20 ans et à ma prof’, youhouuuuuu~

    J'aime

    • Honnêtement, c’est peut-être un peu intimidant au départ et il vaut mieux chercher à se renseigner autour pour apporter d’autres arguments en cours de discussion (liens avec le théâtre d’impro, la responsabilisation des ado puisque ce sont souvent eux qui ouvrent des forums ou FB de jdr et doivent instaurer et faire respecter les règles, etc), mais je pense que l’essentiel est de rester positif sans mettre telle ou telle manière de pratiquer sur un piédestal. Même avec des arguments très factuels, la passion se sent quand on en parle.
      Bon courage en tout cas !

      Aimé par 1 personne

  4. Chouette article mais il est loin le temps où mireille dumas faisait peur en disant aux gens que le jeu de rôle c’est dangereux
    Vin Diesel est roliste, aventures a fait des millions de vue sur YouTube, on peut mettre jeu de rôle papier sur son CV, ce que j’ai fait d’ailleurs

    J'aime

      • je travaille dans l’informatique (ce qui peut aider) et je suis très ouvert sur le sujet, je n’ai aucun malaise ou gène à en parler en entretien, voir même à proposer à mon futur patron de tester héhé et je fis en France.
        après je suis persuadé que l’image de notre loisir a profondément changé (et en bien) et que la question de le mettre ou pas sur le CV ne se posera plus :p

        J'aime

  5. Très bon article. Cela me rappelle la sorte de mémoire que j’ai du écrire pour ma fin de rheto (dernière année du lcyée en France) ou j’avais justement choisis de parler du jeu de rôle en tant que loisir et sa manière dont il est perçu par la société. Cela remonte à 5 ans maintenant et encore à l’époque j’avais trouvé beaucoup de sites présentant le RPG comme quelque chose de sectaire, comme le démon et j’en passe. (j’ai même vu des message de mère inquiètes pour la santé mentale de leur fille parce qu’elle jouait à Elixir (jeu de cartes) demandant comment faire pour l’éloigner de ce milieu dangereux.)

    Cependant, on vit dans une société en constante évolution et même si lorsque j’en parle autour de moi, je me confronte toujours aux mêmes arguments idiots (« fais du théâtre à la place, ça au moins, ça te servirait à quelque chose et t’auras pas l’air d’une conne », « pourquoi tu gaspilles ton temps à ça ? Écrit plutôt un roman. » et j’en passe). Cependant, la vision de la société ‘globale’ sur le jeu de rôle est, je pense, en constante évolution. Donc, pour revenir au commentaire de erwik, le mettre sur son CV ou pas ? Cela dépends de l’endroit où l’on postule.

    C’est une question que je me suis moi-même souvent posée. Le jeu de rôle littéraire (forum) m’a ouvert les voie d’une passion supplémentaire. C’est grâce à lui que je suis aujourd’hui étudiante en UX Desgin (web si vous voulez faire plus simple). Cependant, lorsque je regarde mes profs, que je me renseigne sur des boites pour des offres de stages, je lis pas mal de choses, je me renseigne. Et jamais je n’ai trouvé cela pertinent de le dire tel quel. Pas parce que je me sens supérieure aux néophytes, pas parce que « ils ne peuvent pas comprendre » mais parce que je sais qu’il y a un risque que ce soit mal interprété. Et pourtant, le RPG apporte beaucoup de compétences à ses praticiens.

    Personnellement, même si cela se démocratise de plus en plus de nos jours, je pense qu’il vaut mieux éviter de dire les choses directement pour le moment. Les dire de manière détournée (« gestion de communauté sur forum », « travail d’équipe », « gestion de groupes », « animation de groupes », …) me parait aujourd’hui être la solution du sécuritaire. Encore aujourd’hui, beaucoup de monde ignore ce qu’est le RPG. Quand j’en parle, je vois pas mal de gens me regarder étrangement. Ils ne se gênent pas pour faire des remarques à ce sujet alors. Vous savez, les questions que l’on espère tous intéressées mais qui n’ont au final que pour seul but de se moquer de cette passion.

    Je n’ai pas honte de pratiquer le RPG sous bon nombre de ces formes. Je ne m’en cache d’ailleurs pas. Mais je pense en effet que la société n’est pas encore prête à accepter cela comme argument de vente sur un cv.

    Aimé par 1 personne

    • Je ne vois pas quoi dire de plus, sinon que je suis d’accord avec toi et que tu expliques fort bien ce que je voulais dire dans les commentaires. Merci pour ta participation 😀

      J'aime

  6. Salut,
    J’ai été envoyée sur cette article, en réponse à une question que je me posais. Je suis en première année d’éducatrice spécialisée, et je souhaite amener petit à petit le JDR au sein de mon métier, si ce n’est d’interventions plus particulières.
    Je te remercie pour cet article, qui m’aidera beaucoup (je compte monter mon mémoire sur la pratique du JDR au sein d’un milieu social et médico-social).
    J’ai mis tout en bas dans mes intérêts, « passionnée de jeu de rôle » et comme dit plus haut ça passe très bien pour toutes les personnes qui s’en fichent, on ne m’a demandé qu’une seule fois ce que cela pouvait être. Je pense qu’il est important de montrer que le JDR n’est pas pour les gosses.
    Enfin je trouve néanmoins ton article assez ambivalent avec le propos de ne pas mettre cette pratique dans un CV, car tu montres justement dans cet écrits tous les bienfaits que cela apporte, avec toutes les approches « simples » et socialement compréhensibles et positives pour les néophytes de cette pratique, donc maintenant, tu pourras le rajouter dans ton CV et te permettre de l’arguer avec tous les arguments cités ici.
    Je te souhaite une bonne continuation 🙂

    J'aime

    • Coucou,
      Je pense que le jeu de rôle peut vraiment apporter beaucoup et qu’on a tout intérêt à en parler autour de nous, mais le mettre sur le CV reste risqué. Après, y a des facteurs qui changent. Dans l’informatique, dans les domaines de la formation, dans les domaines artistiques, ça va mieux passer. Si tu as fait les bonnes études ou que ton profil colle de manière à peu près évidente au poste, ça va aller. Si tu es dans un pays qui n’a pas vingt ou trente ans de retard socialement, ça ira sans doute. Si dans la pratique du jeu de rôle, tu as eu des responsabilités comme la gestion d’une association ou que tu ne joues pas sur Facebook ou les MMO, ça passera probablement mieux. Mais ça fait beaucoup de si et je connais plus d’une personne dans le domaine des RH qui déconseille (dont mon ancienne RH qui pourtant en fait).
      Le sujet de mon article, c’est moins « parlez-en dans votre CV » que « parlez-en autour de vous pour qu’un jour ça ne fasse plus hausser le sourcil ». Sans aller jusqu’à dire que la pratique du jdr vaut un aller simple dans la corbeille d’un éventuel employeur, faire hausser le sourcil quand c’est déjà dur de dégotter du boulot n’est pas forcément LA chose à faire. Après je dis pas qu’il ne faut pas, juste qu’il faut en mesurer les conséquences éventuelles. Et dans mon cas, je ne le mets pas parce que je me tirerais juste une balle dans le pied.
      Bonne chance en tout cas, je trouve que c’est une très bonne idée de vouloir introduire le jeu de rôle dans ton métier et d’en faire ton sujet de mémoire ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s