L’antijeu

Le fil de la vie

Je liais ce sujet au metagaming dans mon précédent article, car la finalité de l’un et de l’autre est la même. Et non seulement ça, mais les deux sont la transgression des deux règles du jeu les plus récurrentes en matière de RPG : ne pas s’approprier les personnages des autres et ne pas rendre le sien intouchable.

L’antijeu désigne une manière de jouer déloyale, flirtant avec les limites règles ou profitant des zones de flou. Il ne s’agit pas de tricherie. Il s’agit d’une utilisation de tous les moyens à disposition pour que son personnage ne soit jamais pris en défaut. Celui-ci n’est plus une personne dont le joueur décrit les actions, mais une figure sacro-sainte que rien ne doit abîmer.

Il y a à ça plusieurs raisons, qui font des joueurs qui pratiquent l’antijeu de mauvais joueurs : soit ils sont trop impliqués dans leur personnage, soit ils le sont trop peu. Dans le premier cas, il est intouchable car ce qui l’affecte affecte tout autant – voire plus – son joueur. Dans le second cas, il est trop superficiel pour pouvoir être réellement touché. La dernière catégorie est pour moi un peu spécial, et se base soit sur l’inexpérience, soit sur une mauvaise compréhension de ce qu’est le jeu de rôle textuel : les joueurs qui ne lâchent pas prise et veulent écrire une histoire dont ils maîtrisent les éléments. (Je reviendrai une autre fois sur cette idée persistante du jeu de rôle textuel vu comme une façon d’écrire une histoire à plusieurs.)

Pratiquement tous les supports de jeu de rôle que je connais imposent une fiche de personnage. Certaines sont plus complètes ou complexes que d’autres, mais il doit y en avoir une. Pour beaucoup de joueurs, c’est l’occasion de donner immédiatement le ton. En explicitant le personnage, les autres participants savent à quoi s’en tenir. Et c’est pour moi une partie du problème sur les forums RPG : les personnages sont trop développés dès le début. On les connait et on les connait très bien tout de suite. Ils ont une réputation et vis-à-vis d’eux, il y a une attente quant à leur comportement en jeu. La tentation est forte d’en révéler beaucoup pour éviter de perdre des partenaires de jeu en les surprenant avec les faiblesses et mauvais côtés de son personnage. Une fois lancé dans le rp, il y a dès lors la volonté de vouloir s’en tenir et préserver l’image qui a été donnée de lui.

La volonté de ne pas l’abîmer négativement mène à l’antijeu, car il se retrouvera toujours confronté à un moment ou un autre à une situation où il sera en difficulté. Et pour surmonter cette difficulté, on ne lui offrira que le choix entre la peste et le choléra. Pour le joueur qui refuse de lui faire faire ce choix, il faut trouver une troisième solution. Surjouer un avantage du personnage, un deus ex machina, un excès de chance soudain, etc., tout peut être prétexte à s’en sortir au détriment du jeu. Car ici les interactions entre les différents personnages compte moins que l’image d’un seul d’entre eux.

Le problème de l’antijeu nait essentiellement de l’ego du joueur qui en fait usage. Celui-ci, par crainte du rejet des autres ou parce qu’il se sent en échec si son personnage n’a pas la main haute, vit mal de voir celui-ci souffrir et/ou prendre des décisions moralement ambiguës sans son consentement initial.

Ne pas en faire usage du tout nécessite de parvenir à s’identifier à son personnage sans pour autant perdre de vue ce qu’il est : une personne fictive. Il est nécessaire de s’en détacher suffisamment pour qu’il agisse comme un être humain normal, avec ses bons et ses mauvais côtés, au risque de souffrir parfois de ses choix. Au risque pour son créateur de vouloir le secouer très fort quand il s’obstine à agir comme un idiot et le paie au prix fort. Ça fait partie du jeu, et c’est parce que tout n’est pas entre nos mains qu’on s’amuse.

(A noter que cette nécessité vaut pour tout œuvre de fiction. Un bon personnage est un personnage qui souffre.)

Publicités

3 réflexions sur “L’antijeu

  1. J’aime ta dernière phrase : « Un bon personnage est un personnage qui souffre. » Souffrez, souffrez, pauvres personnages ! *-* Plus sérieusement, j’ai compris ce que tu voulais en substance. Le souci des fiches sur forum RPG, c’est aussi l’imposition d’un certain quota de lignes requises qui font qu’on développe aussi trop le personnage au début.

    Par exemple, je me suis inscrite il y a peu sur un forum RPG qui imposait un quota de 7 lignes mini pour la description physique, la description morale et 10 lignes minimum pour l’histoire. Et j’avoue que ça n’a pas été évident de remplir ce « quota » sans enfermer le personnage dans sa bulle fichée. Et je le sens d’ici que dès que tu vas t’éloigner un tant soit peu de la fiche donnée (pour faire évoluer le personnage, par exemple), on risque de te taper sur les doigts (modo, admin) en te disant : « Tu ne respectes pas la fiche de ton personnage ! » à moins de la modifier au fil du rp, ou d’avoir la possibilité de créer un fichier sur ses évolutions au fil du rp (ce qui est heureusement possible, bien que facultatif, sur ce forum-là ^^).

    D’ailleurs, en passant : je ne sais pas si c’est dû à tes articles mais ça m’a conduit à créer un personnage très différent, avec des défauts plus ou moins marqués (yeux de « hibou », distraction extrême, curiosité poussée à l’extrême, philosophe à force de poser des tas de questions) et j’avoue que ça m’amuse beaucoup de m’imaginer toutes les possibilités d’évolution du personnage en grandissant (c’est un enfant et, qui plus est, un chat ! Et j’ai battu mon record de lignes avec *fière*). Merci pour la réflexion au sujet des personnages et de l’antijeu, c’est réellement édifiant et ça fait réfléchir pour tenter de ne pas/plus reproduire ces erreurs par la suite 🙂

    J'aime

  2. Coucou ! 😀
    Je remonte un vieil article, mais il m’a interpellée ! Du moins, le passage sur les présentations. Je suis d’accord avec toi, mais aussi avec Vanilumi : compliqué de faire un personnage qui garde des penchants mystérieux quand on te demande un minimum de lignes. Et encore, Vanilumi, avec son 7-7-10, elle est gentille ! Les forums que je côtoie demandent du 15-15-30, et j’arrive encore à m’en sortir ! Dieu merci, les personnages sont comme nous en général, enfin, comme des Hommes : ils sont complexes. Ils ont plusieurs facettes : comment ils sont avec les inconnus, avec leurs amis, leur famille, leurs ennemis, comment ils sont bourrés, comment ils réagissent face à une rupture, face à une dispute ; il y a tellement de choses, autant de possibilités que de situations imaginables et inimaginables qu’on ne peut pas tout décrire, sinon, autant faire un essai de 600 pages sur la psychologie de notre personnage !
    Lorsqu’on sait faire des personnages profonds, je trouve que remplir 10, 15, 20 lignes sans en révéler trop, c’est largement faisable ! J’en fais environ une trentaine, en sachant que je n’ai parlé que d’une infime partie de mon personnage. D’autant que j’aime que mes perso soient assez complexes, avec un être et un paraître complètement différents, des choses comme ça. Je ne parlerais toujours que d’une facette globale de mon personnage. Je crois que le plus beau compliment qu’on m’ai fait, c’est : « On ne sait jamais à quoi s’attendre avec ton personnage, je ne peux pas prévoir ses actions, c’est génial ! » et tout ça venant d’un modérateur très critique qui n’avait pas hésité à me dire -une fois qu’on se connaissait depuis quelques semaines et qu’on avait super bien sympathisé, évidemment !- « Ta prez, ton mental, ton histoire, j’ai tellement bavé dessus ! Mais par contre, ton physique, je sais pas ce qu’il s’est passé, mais c’était de la merde. » (je l’ai bien prit, je sais que je suis une quiche là dedans :’D). Donc voilà, petite fierté personnelle ! xD

    Et bref, je m’étends je m’étends, mais tout ça pour dire que les personnages, il faut faire de son mieux pour leur conserver une part d’ombre qu’on peut exploiter en jeu pour surprendre ses partenaires et pimenter nos RP ! Et puis, pitié, faites souffrir vos personnages ! Si vous saviez comme c’est jouissif de pleurer en écrivant un post dans lequel votre petite miss se fait briser le cœur par un enfoiré. *seprendunebriqueets’enva* (je vous jure, j’adore souffrir avec mes personnages xDD je suis dingue !)

    J'aime

    • Merci pour ton commentaire, pour commencer ^^

      Ensuite pour te répondre… Il y a quelques années, je jouais un personnage escroc qui en 20 ans de carrière a cumulé beaucoup d’identités. Chacune était une part de lui. Quand il disait être Monsieur LEBLANC, il était Monsieur LEBLANC. S’il disait s’appeler Monsieur MICHEL, c’est parce qu’à ce moment-là, il était Monsieur MICHEL. Son cas est un peu extrême mais m’a fait me poser une question intéressante : comment maintenir sa couverture sans le trahir et sans mentir intégralement ? Malheureusement pour lui, je n’ai eu ma réponse que longtemps après avoir arrêté de le jouer. Quand il se fait appeler Monsieur MICHEL, il aurait fallu que je joue Monsieur MICHEL et non mon personnage se faisant passer pour lui. Et ça marche pour tous les personnages, même si usuellement à moindre échelle.

      Maintenant, je ne joue pas mon personnage « qui se présente au monde comme étant XX et XX », par exemple aimant et patient. Je joue un personnage aimant et patient et si les autres couches de sa personnalité se manifestent, c’est par le biais de ses actions et réactions qu’elles le feront.Je n’explique plus rien dans la narration. Je ne révèle pas ses motivations. Ce que mon post va dire, c’est ce que les autres personnages sont susceptibles de voir/comprendre et rien de plus (sauf certains cas particuliers mais si je détaille ça ici, ma réponse va faire deux pages word). Le pourquoi du comment, les implications que ça a pour lui, tout ça ne leur sera détaillé que si lui-même le dit. Du « Montre, ne dit pas » adapté au RP en somme.

      On est d’accord : c’est plus facile en 400 mots qu’en 1200, mais c’est pour ça que je ne vais plus sur les forums avec un minimum de lignes élevés. 10 lignes c’est bête parce que ça n’a l’air de rien, mais dans une discussion entre deux personnages c’est déjà trop quand tu n’as rien de spécial à montrer en-dehors de ce qu’il dit. Et finalement, garder le mystère autour de son personnage pour moi c’est ça : ne pas dire plus que ce dont il y a besoin pour interagir avec. Un personnage se construit sur l’ensemble de ses RP, pas sur un topic. Si on veut en connaître plus sur lui, il faudra donc tout lire :3

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s