Homosexualité sur les forums RPG : partie 2

La visibilité de l’homosexualité

rainbow-world-map-1192306_1280

Là se trouve finalement le grand débat, n’est-ce pas ? Pour certains trop voyante, pour d’autres pas assez, il est assez difficile de croire au premier abord que les rôlistes sur forum sont satisfaits par le nombre de personnages engagés (ou pouvant s’engager) dans des relations homosexuelles. Et surtout, lorsque la question de pose, la problématique de la vie non-numérique est soigneusement écartée : qu’en est-il des joueurs et de leur orientation sexuelle ?

Alors j’ai décidé de creuser un peu le sujet.

Les joueurs

Les joueurs sont d’ailleurs en majorité des joueuses. 72% de mes répondants se considèrent comme des femmes, pour 27% d’hommes et 1% qui ne se considèrent ni homme, ni femme. Des chiffres assez proches de mes propres observations, finalement, quoique la majorité des forums que j’ai fréquenté ont en général une plus grosse part de femmes dessus.

On touche toutefois aux limites de mon sondage lorsque la question de l’orientation sexuelle se pose. Comme dit dans la première partie, l’intitulé même du dossier a sans doute attiré majoritairement des personnes se sentant concernés et les échantillons de répondants sont trop inégaux pour être vraiment totalement représentatifs. Toutefois, il est intéressant de remarquer deux choses : parmi les hommes et les femmes qui y ont participé, la part se considérant comme hétérosexuelle est à peu près similaire (et est restée assez fixe durant le temps d’ouverture du sondage). Elles sont en effet 54,1% à s’être déclarées comme tel contre 53,6% des hommes. Les choses changent toutefois lorsque la distinction est à faire sur les pourcentages restants. Pour ne pas vous surcharger  en chiffres dans le texte, je vous mets les graphiques ci-dessous.

Femmes

orientation-sexuelle-femme

Hommes

orientation-sexuelle-homme

On constatera donc que les femmes comptent une majorité de bisexuelles, assez peu de lesbiennes et 12% quand même qui se posent la question. Les hommes semblent quant à eux beaucoup plus sûrs de ce qu’il en est de leur orientation sexuelle : ils ne sont que 4% à avoir un doute. Le reste s’estimant essentiellement homosexuel ou bisexuel.

Alors, faut-il penser que les résultats sont totalement biaisés ? Qu’en réalité, sur les forums, on retrouve ce chiffre de 9 hétéros pour 1 qui ne l’est pas ? Je ne pense pas, mais il y a des chances que tout dépende en réalité des forums. Sur mon vieux forum pensionnat par exemple, nous nous étions amusés à comptabiliser le nombre de personnages de telle ou telle orientation sexuelle. Les personnages hétéros joués comptaient pour 50% seulement des personnages totaux du forum, mais le fait est que les joueurs les plus actifs et ceux avec le plus de personnages n’étaient eux-mêmes pas hétéros.

A l’inverse, l’un des forums où je joue actuellement ne comprend que trois personnages qui ne le sont pas : une bisexuelle, un bisexuel et le mien qui est pansexuel. Sur une soixantaine de personnages, on en conviendra, c’est assez peu, mais à côté de ça, deux des trois joueurs concernés par les premiers personnages ne sont pas hétéro eux-mêmes (la troisième, je ne sais pas).

Alors qu’est-ce qui peut faire que certains forums donnent dans le tout ou rien pour ce qui est du nombre de personnages hétéros ? A moins de parler des forums spécialisés, les relations amoureuses et sexuelles sont quand même rarement le cœur du contexte. J’ai quelques pistes qui peuvent aider à comprendre.

Lito et Hernando (Sense8)

Lito et Hernando (Sense8)

Les personnages

J’avais parlé de l’hétéronormativité dans la première partie et je vais y revenir. La question se pose de savoir ce qui nous pousse à jouer d’abord des personnages dont l’orientation sexuelle est proche de la nôtre. J’en vois déjà pour se contenter d’un “bah, c’est plus facile, pourquoi creuser ?”, mais si j’avais eu envie de me contenter de la facilité, je n’aurais pas créé ce dossier. Ni ne l’aurait réécrit presque trois ans plus tard.

Pourquoi ne pas en jouer ?

L’argument a du mérite toutefois : c’est vrai qu’il est plus simple de s’identifier à un personnage qui nous ressemble. Ou plus exactement, c’est confortable. Comme la répartition des rôles ne se fait pas de la même manière au sein d’un couple hétéro que d’un couple gay ou lesbien, les repères ne sont plus les mêmes. Personne ne fait l’homme et l’autre la femme : ce sont deux hommes ou deux femmes. Et vouloir préserver à tout prix les codes d’une relation hétéro, c’est, en effet, prendre le risque de jouer un gros cliché. Il y en a donc qui prennent peur d’être offensants sans le vouloir. D’autres encore n’y pensent juste pas.

Dans le sens inverse, pourquoi ne pas jouer un personnage hétérosexuel quand on est queer ? Certains le font quand même (quoique de mon observation, sur la totalité de leurs personnages, ils sont souvent minoritaires). D’autres ne veulent pas, aussi bien parce qu’ils n’ont juste pas envie ou ne s’y identifient pas que par refus catégorique de s’y identifier. Tant qu’à jouer un personnage qui n’est pas de leur orientation, ils vont alors préférer un-e bisexuel-le s’ils sont homosexuels eux-mêmes, par exemple. Il y a une part de politique là-dedans, gros mot s’il en est, non pas en cherchant à convaincre qui que ce soit de passer du côté LGBT de la Force, mais simplement en refusant de s’effacer encore au profit de l’hétérosexualité. Ou par refus du sexisme qui accompagne bien souvent les relations hétéro aussi. Ou juste par refus du sexisme qui marque encore trop de personnages féminins. En somme, les raisons sont vastes…

Il y en a plus qu’avant

« Pourtant, même sur les forums « normaux », j’ai pu observer une montée en puissance de ce genre de relation, et je trouve que ça en devient lassant. C’est pour ça que j’ai l’impression d’assister à un phénomène de mode. »

(Une demoiselle qui ne m’a pas laissé son pseudo en témoignant par email)

Malgré ça, nombreux sont ceux qui jouent des LGB : rien que parmi mes 358 répondants, ils sont plus de 66% à l’avoir fait. Ça n’a pas toujours été le cas et ça n’est pas toujours pour le fantasme. Quand j’ai commencé le jeu en 2004/2005, on n’en croisait nulle part. Puis les mangas yaoi et yuri ont commencé à se faire connaître, et il y en a eu un peu plus. Très vite, des forums se sont formés, très communautaires, où les relations hétérosexuelles n’étaient pas autorisées (les fameux forums yaoi/yuri). Puis les joueurs ont gagné en confiance et ont osé créer leurs personnages gays, lesbiens ou bi sur les forums généraux. Et cet “effet de mode” a donc commencé à attirer l’attention.

« […] ça fait un moment que je fais du RP (j’ai commencé en août 2005) et […] j’ai donc été sur pas mal de forums différents. Après là encore, comme toi, le « phénomène » autour de l’homosexualité n’a commencé à apparaître que tard, et toute la polémique autour de ça sur les forums, notamment ceux manga. »

(Sylence, dans un témoignage par email)

L’effet de mode

J’en parle dès maintenant parce qu’il y a quelque chose de très important ici à comprendre. Dès 1981, la communauté médicale commence à recevoir des patients souffrant de maladies rares et présentant de sérieuses déficiences du système immunitaire. Ces patients sont gays. La maladie est en effet sexuellement transmissible et, à l’époque, une grande partie des MST se soignait assez facilement par antibiotiques. Les gays présentant peu de risques de tomber enceintes (haha), ils prennent moins de précautions et contractent donc d’autant plus facilement le SIDA. Pourquoi est-ce que j’en parle ? Parce que ces patients sont morts. Le SIDA, à l’époque, est vu comme une maladie d’homosexuels, et elle se transmet vite et à grande échelle. Les survivants sont stigmatisés et le combat pour les droits des LGBT+ s’efface peu à peu de l’espace public. Il faudra attendre la génération suivante pour qu’il reprenne et cette génération, justement, nous emmène aux années 2000.

Ainsi donc, ce qui recommence à se voir IRL commence à se voir sur les forums et s’il est dur de nier l’influence des mangas érotiques dans sa représentation à ses débuts, réduire la présence des personnages queer à un effet de mode (du yaoi qui plus est) traduit une certaine ignorance de la réalité. Toutefois, force est d’admettre qu’ils sont plus nombreux sur les forums à avatars illustrés même encore aujourd’hui. Peut-être y-a-t-il, toutefois, une autre raison à ça que simplement l’influence des mangas.

La question des forums à avatars réels

Jamie Dornan

Jamie Dornan

Sur quoi se basent les avatars à forums réels ? En grande majorité, sur ce que le cinéma américain nous propose. La romance dans les films et les séries d’Outre-Atlantique est très majoritairement hétérosexuelle, si bien que ces célébrités y sont associées par défaut. Utiliser un acteur ou une actrice qui a fait son coming out, a joué un personnage queer ou que la fanbase a associé à une relation homosexuelle (Harry/Drago, Derek/Stiles, les chanteurs des One Direction…) demande moins de gymnastique mentale, mais ils ne sont pas nombreux. Alors quand les “liens love” ont énormément d’importance et que certains joueurs cherchent à mettre des avatars en couple pour pouvoir utiliser les gifs d’une romance qu’ils ont adoré à la télé, forcément, l’hétéronormativité se rappelle au bon souvenir de tout ce petit monde.

Qui plus est, on n’a pas toujours envie d’aller tester les eaux pour vérifier comment le personnage sera reçu si Jamie Dornan est utilisé pour un personnage gay ou simplement si on représente le quota LGBT+ à nous tous seuls. Les personnages queer sont donc moins nombreux, mais surtout moins visibles. Moins nombreux signifiant aussi moins de choix pour les couples, il est clair qu’il n’y en a qu’assez peu et qu’on les remarque beaucoup moins.

Je me demande aussi à quel point le fait d’utiliser une personnage en chair et en os fait qu’on est davantage réticent à s’en servir dans un contexte romantique encore très souvent décrié, mais à ça je n’ai pas de réponse.

L’encart “orientation sexuelle”

« Personnellement, ça ne me dérange absolument pas qu’il y ait des personnages homo, bi, etc. sur les forums autres que ceux qui y sont dédié. Et je n’ai jamais été sur un forum ou leur population est trop importante donc je ne peux pas vraiment juger. Par contre, quand je fouille un forum RPG pour décider si je m’inscris ou pas, les fiches de perso font partie de ce que je regarde. Ce faisant, j’ai remarqué que les forums qui mettent « Orientation sexuelle » dans les fiches en ont beaucoup de façon visible. Je ne sais pas s’il y en a plus mais sur les forums qui ne demandent pas ce détail, ben… Ça se voit moins, voire pas du tout. »

(Alyaa, sur Nano Roleplay)

Bon point soulevé par Alyaa, d’ailleurs. Certains ont une idée très fixe pour leur personnage, d’autres vont les mettre bi ou pan faute de savoir, mais surtout, nombre joueurs vont se poser la question alors qu’ils ne l’auraient pas forcément fait sans ça. Et ce faisant, ils ne seront pas toujours tentés de se dire “ah ben hétéro”. Parfois, c’est “ah tiens, oui, pourquoi pas lesbienne ?”.

Pour l’anecdote, je cherchais un forum où me poser il n’y a pas longtemps et, à titre personnel, j’aime aller voir les prédefs et scenarii pour me faire une idée de ce qui est attendu. Je trouve finalement un forum (à avatars réels d’ailleurs) dont le contexte me plait bien, alors je vais voir et il y avait le fameux encart. Verdict ? Pas un seul prédéfini queer. Pas un sur une quinzaine de rôles proposés. J’ai fait demi-tour aussi sec. C’est bête à dire, mais le message qui passe dans ces cas-là, c’est “on ne veut pas de vous (mais il y a des chances qu’on fasse avec)”.

Pourquoi ça ? Simplement parce que dans le cas de ces personnages, la mention de leur hétérosexualité ferme la porte à autre chose. Ce n’est pas “comme vous voulez”, mais “je le veux spécifiquement hétéro”. Quand l’intégralité des personnages proposés par les joueurs et le staff disent la même chose, ce qui se lit entre les lignes, c’est “on vous préfère hétéros”. Et là, ma foi, ce n’est pas le genre de communauté que j’ai envie de rejoindre. Peut-être que ce n’était pas réellement ce qu’ils en pensent, mais par expérience, la majorité de ces endroits finissent par compter le nombre de personnages queer dès qu’il y en a plus d’un ou deux. Traduction, pour ceux qui n’ont jamais fait face à cette situation : c’est exactement le genre de cas où on va entendre “quand même, ça commence à en faire beaucoup là”, surtout quand leur orientation sexuelle a des effets concrets en jeu. Et ce renvoi à la réalité est d’autant plus désagréable que la mentalité du “vous pouvez vous montrer tant que vous vous cachez” est encore bien ancrée IRL…

En somme, cet encart a du poids quand il est utilisé, et faire attention à proposer une certaine diversité aussi.

Évidemment, il y aussi des joueurs pour qui ça n’a aucune incidence, qui ne préciseront d’ailleurs pas que leur personnage est gay ou lesbien s’il l’est, parce qu’ils ne considèrent pas cet aspect suffisamment important pour être mis en avant. D’autres décident toutefois d’exploiter cette partie de leur personnage, et c’est là que nous nous retrouvons face à des résultats plus ou moins heureux. La prochaine fois, donc, j’aborderai la question de la représentation de l’homosexualité : crédible ou pas ?

Homosexualité sur les forums RPG : un problème ? (partie 3)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s