Le challenge de la banalité

torchwood-miracle-day-episode-9-pics-5Écrire une fiction – un roman, un scénario ou des posts de jeu de rôle – revient à s’éloigner de la réalité. Même lorsqu’on cherche à s’en approcher, la question n’est pas « Comment rester fidèle à la réalité ? », mais « Comment donner l’illusion de la réalité ? ». Ce n’est pas la même chose et n’a pas vocation à le devenir. Dans le jeu de rôle, on ne joue pas tout. Joueurs comme Maître de Jeu font une sélection de ce qui vaut ou non le coup d’être montré. On a vite fait de vouloir s’illustrer en profitant de cette opportunité.

Créer un personnage exceptionnel n’est donc pas, pour le coup, exceptionnel. On l’a tous fait et je pense qu’on continuera à le faire parce que la fiction n’est pas la réalité : le personnage doit emmener l’histoire avec lui dans le cas d’un roman ou au moins la sienne dans le cas d’un jdr. Il fait des choix qui, espérons-le, ne nous seront jamais imposés. De là, jouer un personnage « normal » devient un véritable défi car il doit être remarqué sans être remarquable.

Où est l’intérêt ?

Normal : Qui est conforme à la norme, à l’état le plus fréquent, habituel; qui est dépourvu de tout caractère exceptionnel. (Définition du CNRTL)

La normalité est une notion subjective, abstraite qui dépend essentiellement de l’époque et de la culture dominante dans la société où on évolue. Lorsque je parle de personnage normal (ou banal), c’est donc selon les critères de sa société et de son époque qu’il l’est, non selon les nôtres. Même si je me sens obligé de le préciser par souci de définition, c’est une chose qui me semble assez claire dans la tête de la plupart des joueurs. Leur personnage, s’il doit être exceptionnel, le sera par rapport à ses pairs.

Buffy the Vampire Slayer Nicholas BrendonJe posais la question plus haut, mais où est l’intérêt de jouer quelqu’un qui n’a rien de vraiment remarquable ? A cela, je peux apporter deux réponses :

  • D’une part, le challenge. Un personnage normal doit être beaucoup plus nuancé et subtil pour devenir intéressant ;
  • D’autre part, il n’est pas obligé de le rester.

 Le plus important sans doute est de le faire rester fidèle à lui-même. C’est une question d’équilibre difficile à maintenir entre le « Ni trop, ni pas assez » et surtout un souci du détail qu’on n’a pas forcément avec des personnages plus marqués. Il peut être couard et avoir ses moments de courage quand la situation s’aligne avec ses valeurs, mais il y a des chances qu’il tremble comme une feuille pendant et/ou après. Il peut passer à côté d’un SDF et prétendre ne pas avoir d’argent sur lui tout en s’offusquant et en participant à une action pour éviter l’expulsion d’un gamin de l’école pour des motifs racistes. Il y a deux choses à garder en mémoire pour jouer sur les nuances : nous choisissons tous nos batailles et c’est dans le détail que ça se voit.

Enfin et c’est important de le retenir : être normal ne signifie pas qu’on le sera éternellement. Votre personnage peut et pour le bien du jeu doit évoluer. Il aura forcément des obstacles à surmonter dont il sortira grandi et c’est l’un des points forts des personnages normaux : la marche est plus haute et le changement plus marquant.

Un personnage « commun » tient surtout du poussin qui doit sortir de sa coquille. Il ne deviendra peut-être jamais un coq digne de servir de symbole national, mais il grandira, évoluera et finira par être plus que juste un M. ou Mme Toutlemonde.

Publicités

7 réflexions sur “Le challenge de la banalité

  1. C’est peut être par solution de simplicité mais j’ai jamais apprécié de jouer un personnage « normal ». J’apprécie pas forcément de jouer LE super héros/ vilain (quoi que le seigneur noir tout puissant des forces du mal a quand même des intérêts) mais j’aime que mon personnage ne soit pas n’importe qui. C’est pas juste un lambda qui tombe au mauvais endroit au mauvais moment, de manière général j’aime que mes personnages soient noir ou blanc mais pas gris, sauf volonté manifeste de le faire trouble/ambiguë mais encore une fois il n’est pas simplement « normal ».

    J'aime

    • Bon je me réponds à moi même, mais étant plus concentré je peux préciser un peu ma pensée. Pourquoi essentiellement je n’aime pas jouer les personnages normaux c’est que pour moi le jdr c’est du rêve. Avec le jdr j’ai envie d’incarner des héros, des méchants, des malades mentaux, des …bref j’ai envie de sortir de la vie quotidienne qui elle est normale. C’est aussi pour ça que si j’ai le choix, je choisis rarement l’humain comme race jouable. Être humain, c’est pareil qu’être normal, c’est le standard alors que le reste ça me fais rêver ça me change du train-train.

      J'aime

      • En fait justement, à force d’avoir beaucoup joué de personnages qui sortent de la normalité, et surtout puisqu’on ne trouve que ça sur les forums, en avoir un qui dans sa personnalité est beaucoup plus classique fait du bien. Et à l’échelle des forums, ça a le mérite de le faire sortir du lot.

        Personnellement, j’ai un faible pour les persos qui ont le potentiel pour être « extraordinaires » en bien ou en mal si la situation l’exige, mais qui au quotidien sont juste tranquilles et ne paient pas de mine. Ça permet aussi d’explorer tout un tas de traits de caractère laissés de côté par pratiquement tout le monde.

        J'aime

      • Oui, je suis d’accord avec le point de vue, le jdr, c’est du rêve, et il aide à sortir de la vie quotidienne. Je pense que beaucoup de gens se sentent comme ça vis-à-vis du jdr, d’ailleurs. Personellement, j’aime quand le réalisme est tellement plausible qu’on pourrait confondre fiction et réalité, sans pour autant que cela empêche la fantaisie évidemment.

        J'aime

      • Ce qui est certain en tout cas, c’est que le jdr est pour beaucoup un moyen de quitter leur quotidien. Après je dois dire qu’il y a réalisme et réalisme. Pour prendre un exemple littéraire, il y a une marge entre un thriller psychologique et la vie sentimentale de Madame Michut et les deux se passent pourtant dans une même réalité. Donc j’imagine que tout dépend de la définition qu’on donne à normal.

        J'aime

  2. Le problème pour « vendre » un personnage dit « normal » dans un Jdr sur forum où tu viens de débarquer, c’est extrêmement compliqué parce que personne, à priori, ne sera attiré par ton personnage. J’ai eu le coup en voulant jouer un personnage « normal ni beau, ni moche, ni véritablement extraordinaire dans ses capacités et/ou caractère » et je n’ai trouvé personne pour rp, pire j’étais limite ignorée (sans doute parce que le petit cercle était déjà plus ou moins fermé) et j’ai fini par partir à peine arrivée (on me connaît, quand je me lasse, je pars et on me revoit plus XD).

    A force de jouer des personnages surnaturels, on finit par s’en lasser par moment. Anticonformiste comme je suis, si dans un forum humains contre vampires (admettons), 90% de la populace est vampire, même si je déteste choper le rôle d’un humain (parce que comme l’indique Arnaud Borie, c’est l’archétype de la « normalitude »), hé bien… je le fais sur le forum qui rencontre ce type de déséquilibre. Ou alors c’est parce que je n’aime pas les déséquilibres ? Je me pose la question.

    Sinon oui, le Jdr permet de s’évader de notre quotidien comme un bon livre ou un jeu vidéo sait également le faire. Parce que notre quotidien, de mon point de vue, est fade et sans saveur et que nous désirons nous émoustiller les sens, je pense. Que l’ambiance soit au réaliste ou au surnaturel, un Rp qui réussit à me faire vivre à 100% en émotions un personnage (Pour Sheik’, je pense notamment au célèbre Rp de la première rencontre entre Vlad et Tristan qui, à l’époque, était pour moi magique et éveilleur de sens) est un Rp où je serais totalement épanouie.

    J'aime

    • Je suppose que tout dépend de ce qu’on appelle un personnage normal. Sur un forum de vampires, la norme sera plus souvent de jouer un vampire que de jouer un humain et à partir de là, on peut faire un vampire qui apparemment ne sort par de l’ordinaire.

      Après comme je disais (je crois ?), je préfère ceux qui ont le potentiel de faire des choses incroyables que ceux qui les ont déjà faites. Ça permet la surprise, et ça permet aussi de jouer sur une profondeur exacerbée du personnage même s’il n’en donne pas l’air.

      En gros, ce que j’entends par « perso normal », c’est un personnage qui a du potentiel, mais n’est pas activement en train de l’utiliser. Un type dont la situation ne sorte pas de l’ordinaire, et si un jour elle l’a fait, ça a été le fruit de ses choix et non d’un truc qui lui serait tombé dessus. Partant de ça, je pense qu’il y a moyen de s’amuser au moins autant qu’avec un type qui n’est pas « normal » au sens où il a un aspect de lui qui ressort beaucoup plus par rapport au reste.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s